lundi 27 janvier 2014

VIENT DE PARAÎTRE...

Vient de paraître,
aux éditions Les 3 Génies :

HOMMES EN SOUFFRANCE

Quatrième de couverture :

Depuis de trop nombreuses années, la plupart des ouvrages consacrés aux rapports entre les sexes promeuvent le même poncif : les femmes sont des victimes, les hommes sont des bourreaux. Stéphane Beau va à l'encontre des idées reçues et de la bien-pensance.
Assistant social depuis 20 ans, il reçoit dans son bureau des hommes qui ont tout perdu, ruinés économiquement et moralement, mais condamnés d'office. Il reçoit aussi des femmes parfois expertes dans l'art de se faire passer pour des victimes et qui savent qu'elles gagneront toutes les procédures.
A travers des exemples concrets et réels, Stéphane Beau dénonce un nouveau sexisme dont l'homme est la victime, un sexisme anti-hommes qui a un nom peu connu, et c'est révélateur, la misandrie.
Son essai, basé sur des expériences vécues, est précieux de par sa crédibilité. Il l'est aussi en tant qu'illustration concrète du fonctionnement du système misandre.
Stéphane Beau va sans doute choquer et même fâcher certains et certaines, mais c'est ce qui arrive à ceux dont la plume érafle les murailles de l'ignorance et de l'injustice.

L'auteur :

Travailleur social et amoureux des livres, Stéphane Beau est l'auteur de romans, de recueils et d'aphorismes. Il est le fondateur de la défunte revue littéraire Le Grognard . Il participe à de nombreuses revues littéraires et étudie depuis une dizaine d'année la vie et l’œuvre du philosophe Georges Palante dont il a réédité plusieurs ouvrages.
Ni masculiniste, ni homme battu, ni mari bafoué ni père désavoué, Stéphane Beau a simplement pu, dans le cadre de son activité professionnelle, constater à quel point les souffrances masculines ne sont quasiment jamais prises en compte. C'est ce qui l'a poussé à écrire ce livre.

La préface :

Patrick Guillot est Président du Groupe d’étude sur les sexismes (GES) et l'auteur de 3 ouvrages majeurs sur la condition masculine, La Misandrie, Quand les hommes parlent, et La cause des hommes.

L'ouvrage peut être commandé dans toutes les bonnes librairies, ainsi qu'un peu partout sur les sites de vente en ligne (FNAC, Amazon, decitre, e-leclerc, La Procure...)

8 commentaires:

Bertrand a dit…

En voilà une nouvelle !
Félicitations et je suis impatient de dévorer ce livre-là !
Pas seulement par ce qu'il est de Toi mais parce que le sujet me parle.
Et pour cause....

Beau Stéphane a dit…

Je vais t'en envoyer un, tu me diras ce que tu en penses.

Bertrand a dit…

Merci, Stéphane...
Commentaire de ma Douce amie quand je lui fait part de ta publication :
" J'aimerais beaucoup lire"
Tu vois ! Et je peux te jurer tous mes grands dieux qu'elle est femme !
Mais si, fort heureusement, tous les hommes ne sont pas d'affreux exploiteurs de femmes, toutes les femmes ne sont pas non plus des intégristes du bénitier féministe !

SAGReiss a dit…

Bonjour, Stephane. Je fais partie des peres grimpeurs. Nous serions heureux de partager avec vous. Nous avons besion d'aide.

Beau Stéphane a dit…

Bonjour,

Avec plaisir

Stéphane

Olivier Kaestlé a dit…

J'ai bien reçu votre livre. Il se trouve sur le dessus de ma pile de projets de lecture. Je vous ferai part de mes commentaires. Le sujet et la façon dont vous l'annoncez piquent ma curiosité. Je vous souhaite de trouver l'auditoire le plus vaste possible. À plus !

Jean GABARD a dit…

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, mais toutes les vérités de ce livre, si bien écrites, si claires, si évidentes, doivent être dites et même répétées pour rétablir des vérités.

Après avoir écouté la révolte des femmes, il serait bon d’écouter la colère des hommes avant que celle-ci ne se transforme en violence, avant que les humiliations répétées les fassent devenir de véritables « machos », avant qu’une guerre régressive, et il faut faire vite, n’oppose des « masculinistes » et des féministes enragés.

Comme le dit Stéphane Beau, il ne s’agit pas de faire des hommes des victimes et à plus fortes raisons de nier les discriminations et les violences envers les femmes. Non les hommes ne sont pas des victimes mais il faut le dire aussi, les femmes ne sont pas non plus des victimes ! Il y a des femmes victimes de certains comportements d’hommes et des hommes victimes de certains comportements de femmes et d’hommes aveuglés par leur engagement féministe soutenu par l’idéologie dominante. Et « Hommes en souffrance » montre ce qui est souvent tu : la réalité du côté des hommes.

Il ne sert à rien, si ce n’est d’aggraver les conflits, de savoir dans quel camp se trouve le nombre le plus important de victimes surtout si c’est pour ne prendre en compte que celui-ci et le soutenir contre l’autre. Au contraire il nous faut considérer le nombre important de victimes hommes et femmes pour nous obliger à mieux gérer la différence des sexes et mettre en place des relations constructives.

Quand la lutte pour l’égalité qui n’est qu’une dénégation de la différence des sexes, ne peut qu’entrainer la concurrence et la montée des sexismes, hommes envers les femmes et femmes envers les hommes, il nous faut réclamer haut et fort le respect de l’égalité en droits.

Jean GABARD auteur conférencier
relations hommes / femmes éducation des enfants

Beau Stéphane a dit…

Merci à Jean Garbard et à Olivier Kaestlé pour leur sympathique visite !