jeudi 27 février 2014

NOUS MENTIRAIT-ON ?....

Un journaliste, sur Europe 1, hier, explique aux auditeurs que la veille il a appelé plus de 200 candidats aux élections municipales, pour faire le point avec eux sur les difficultés rencontrées lors de l'élaboration des listes (liées pour la plupart aux exigences de parité).
 
200 interlocuteurs... en une journée... Allez, on compte 5 minutes par appel (et je suis cool, car entre les bavards, les absents qu'il faut rappeler, les téléphones qui sonnent 10 minutes avant que quelqu'un décroche...) : pas loin de 17 heures passées au téléphone, sans manger, sans aller faire pipi... Disons de 6h du matin à 23h... Vous y croyez, vous ?
 
Deux options : soit le journaliste n'a concrètement appelé qu'une vingtaine de candidats, soit il a travaillé avec toute une équipe de stagiaires qui se sont répartis les appels.
 
Mais pourquoi mentir ?

3 commentaires:

Bertrand a dit…

Parce que mentir est inhérent à la profession.
Pas à la profession en soi, bien sûr. Mais à ce qu'elle est devenue.
Un peu comme le dopage est inhérent au Tour de France...
Mais j'enfonce là des portes ouvertes :))

Beau Stéphane a dit…

J"ai surtout retenu ce détail parce qu'il m'avait fait rire. Parce que ce petit mensonge,totalement gratuit et inutile, nous dévoilait involontairement un pan de l'envers du décor. Et ce petit mensonge rend suspect toute l'information. Après, tu as raison, ce n'est pas un scoop !

Bertrand a dit…

Ce n'est pas un scoop, certes, mais il n'est jamais inutile de le redire.