lundi 16 février 2015

INSTANTS NOMADES DANS DÉCHARGE...

Une courte, mais agréable critique de nos Instants nomades. Elle est signée Jacmo et est parue dans le numéro 164 (décembre 2014) de la revue Décharge.

La préface d’Eric-Emmanuel Schmitt est consacrée uniquement aux photos belles et mystérieuses de Catherine Matausch. Le travail de Stéphane Beau a été chaque fois d’y faire correspondre un texte. Jouant sur l’humour et le paradoxe, il est toujours difficile et ingrat d’illustrer une photo qui porte sa propre histoire suffisante. Après l’orage / Les flaques ouvrent / Des fenêtres / Dans le bitume. Les textes courts, cadrés l’accompagnent obliquement, près ou loin. Le résultat est là, réussi. Le cliché offre et le texte donne, c’est le lecteur qui reçoit doublement. A propos d’un petit coquillage : Ce n’était pas la mer / Qu’on entendait / mais le goutte-à-goutte / Du temps / Se perdant / Dans le sable.

Aucun commentaire: