vendredi 12 juin 2015

LE MONDE PERDU...


Quelques lignes tirées de la magnifique Bibliothèque perdue, autobiographie d’une culture, de Walter Mehring :
 
« Peut-être la civilisation n’est-elle qu’une phase d’un processus de putréfaction ; peut-être que nous, qui existons encore, ne sommes-nous qu’une sorte de champignon transitoire qui végète, générateur de pourrissement, parmi la faune dégénérée d’une planète en agonie ? Et voici pourquoi nos glorieuses réussites techniques et intellectuelles ne sont rien d’autre que des agents de dissociation nécessaires, inconscients, destinés à nettoyer l’écorce terrestre de nos cadavres ».

Aucun commentaire: