jeudi 20 août 2015

MEMOIRES D'UN BILLET : LE LIVRE

En 2013, en compagnie de Philippe Ayraud et de Bertrand Redonnet, j'ai participé à un blog collectif : Chemineaux 52. Toutes les trois semaines, j'y publiais un nouvel épisode d'un feuilleton  intitulé Mémoires d'un billet.
 
Ces épisodes sont maintenant disponibles sous la forme d'un recueil, paru avant l'été aux toujours respectables et sympathiques éditions Durand-Peyroles
 
Un billet de dix euros circule de main en main, de poche en poche, de porte-monnaie en porte-monnaie et invite le lecteur à se glisser, quelques courts instants, dans l’intimité d’une quinzaine d’hommes et de femmes. Des êtres ordinaires, mais tous uniques, et de ce simple fait, exceptionnels.
 
Extrait :
 

« Je les revois toutes et tous, ces femmes et ces hommes que j’ai accompagnés depuis ma sortie de l’Imprimerie Nationale : Rachid, Hélène, Béatrice, Marc, Mylène, Éric, Pierrot, Edmond, Simon, Mathieu, Gina, Marcel, Jean-Charles et Julie. Pas toujours des gens très fréquentables, mais toujours des êtres faits de chair, de sang et de larmes. Les salauds d’aujourd’hui sont les victimes de demain, et inversement. Les roues sont faites pour tourner.

Difficile de préciser où est le bien et où est le mal lorsqu’on s’attache à percevoir les humains dans leur globalité. Difficile de dire précisément qui est cet homme ou qui est cette femme, de porter un jugement définitif sur les êtres. Impossible de les cerner en quelques mots seulement car chaque humain est multiple. Je les tous croisés à un instant précis de leur vie. Parfois la rencontre a pu donner une image avantageuse de qui ils étaient, d’autre fois une vision calamiteuse. Mais qui nous dit qu’un an plus tôt ou six mois plus tard il en aurait été de même ? Qui nous dit qu’Éric, avant de se transformer en criminel n’a pas été un gamin adorable ? Peut-être qu’en vieillissant Mylène se flétrira et deviendra une mégère imbuvable, alors que Pierrot entamera une seconde vie d’abstinent au grand cœur. Peut-être que demain le fougueux Jean-Charles va avoir un accident de voiture, qu’il se retrouvera tétraplégique et qu’il vivra une belle histoire d’amitié avec une de ses aides à domicile. Et le jeune Simon, qui sait s’il ne se muera pas, une fois sa phase de rébellion adolescente achevée, en un patron satisfait et bouffi, dénué état d’âme ?


Aucun commentaire: