lundi 12 octobre 2015

LENYFIANT HOMMAGE...

Je fais suivre ci-dessous, à sa demande, (et avec plaisir), un coup de gueule signé Philippe Ayraud

Leny Escudero, le chanteur dégagé

Dégagé en trois coups de cuillère à pot, le Leny, au vingt heures de France 2, à l’occasion de sa mort. Evidemment, on nous rappelle l’immortel auteur de Pour une amourette (fort belle chanson, au demeurant). Pour le reste… Rien à dire ! Rien sur le chanteur engagé, communiste proche des libertaires, dont les chansons politiques (au sens noble du terme) ont marqué des générations : Sacco et l’autre, Vivre pour des idées, Le siècle des réfugiés, Fils d’assassin, Le bohémien, Je t’attends à Charonne, et bien d’autres encore. Rien sur l’homme qui, au sommet de la gloire et alors que l’argent rentre à flots, décide de plaquer sa maison de disques pour s’en aller construire une école au Dahomey.

Ceux, dont je fais partie, qui ont eu la chance de voir Escudero en concert dans les années quatre-vingt se souviennent encore des deux heures vibrantes d’émotion et de colère que cet écorché vif offrait à son public, quasiment seul en scène, avec son fils à la guitare.

En guise de consolation, il nous reste une extraordinaire captation live : Escudero sur scène (CD). 

Philippe Ayraud

1 commentaire:

Bertrand a dit…

http://lexildesmots.hautetfort.com/archive/2015/10/13/adieu-frere-humain-5699212.html