jeudi 3 mars 2016

A BAS LES ACCENTS...

« Il n’appelait plus les députés que les "députes" (sans accent aigu sur le second e).– Il y a les putes, soulignait-il malicieusement, qui sont des paumées et il y a les super-putes, plus familièrement nommées députes. Alors, elles, ce sont les grandes salopes, les bouffeuses de pèze, les fouteuses de merde. Vive les putes, à bas les députes ! »
 
Michel Ragon, La Mémoire des vaincus.

Aucun commentaire: