lundi 8 février 2016

MAGIE DE L'IDEOLOGIE...


Lu dans la presse : « Chez Randstad, la revue des talents débute par un rappel systématique des engagements de la société en matière d’égalité hommes-femmes. Les résultats sont là : 75% des responsables d’agences sont des femmes ».
 
Il n’y a rien qui vous étonne dans cette phrase ?
 
Comment mieux illustrer pourtant ce glissement du discours féministe que je dénonce ici régulièrement, discours qui transforme une fois de plus un principe égalitaire, logique à la base, en aberration idéologique (et pour le coup illogique). Car, jusqu’à preuve du contraire, un équilibre logique entre les hommes et les femmes, même si je n’ai jamais été très fort en maths, devrait plutôt prendre la forme d’un 50%/50%, non ? Une entreprise qui n’embauche que 25% d’hommes sur des postes à responsabilité au nom de l’égalité des sexes, franchement, vous trouvez que ça se tient ? Vous pensez sincèrement qu’on peut parler de progrès « en matière d’égalité hommes-femmes » ? Imaginez l’inverse : une entreprise qui se vanterait, au nom de cette même égalité, de ne compter que 25% de femmes à des postes importants ? Ca coincerait un peu plus, j’en suis certain... 

Pour être pleinement honnête, je dois vous donner l’explication fournie par Randstad pour expliquer ce « léger » dérapage au-delà des 50% : le pourcentage de femmes responsables au sein de leur entreprise correspond en réalité à celui de leur personnel féminin total. Autrement dit : 75% de femmes dans l’entreprise ; 75% de femmes occupant des postes de responsables. Ah ! C’est logique alors ! Si l’on veut. Mais dans ce cas, il faut accepter cette logique jusqu’au bout. Si une entreprise est composée de 90% d’hommes, on estime donc normal que neuf cadres sur dix soient des hommes ? De la même manière, si on part du principe que le corps politique se divise, en gros, entre 25% de femmes et 75% d’hommes, il serait donc logique que dans le gouvernement on compte huit hommes pour deux femmes ? Car une représentation supérieure des femmes serait en contradiction avec le principe d'égalité : respect des proportions oblige !
 
Non m'objectera-t-on. Car j'oublie ici le fameux principe de parité, plébiscité si souvent par ailleurs ? La parité, mais oui mon bon monsieur, rappelez-vous : c’est quand les femmes sont sous-représentées ! Ah, d’accord : L’équation est donc si simple que cela : en dessous de 50% de représentation féminine on parle de défaillance de la parité et au dessus, de victoire de l’égalité ! Magie de l'idéologie.

Mouais... Quand la logique et l’absurdité commencent à s’entremêler de la sorte, on ne sait plus trop si l’on doit sourire ou pleurer. Mais il faut garder les yeux ouverts en tout cas et s’efforcer de continuer de porter sur ces questions-là un regard critique et raisonné.

dimanche 7 février 2016

CATHERINE MATAUSCH, FRANCESCA MANTOVANI ET HAUDE BERNABE...


Bel ensemble d'artistes femmes avec Catherine MATAUSCH, Francesca MANTOVANI et Haude BERNABE qui avec leur sensibilité, leur force et leur approche pertinente du monde qui nous entoure, vont nous enchanter avec leurs très belles oeuvres à l' Espace Aliés Guinard. 
VERNISSAGE le 26 février 2016 de 18h à minuit
EXPOSITION du 27 février au 13 mars 2016 de 14h à 19h  
Venez nombreux, invitez vos amis !!
Amicalement
Luz, Stéphanie, Markus et Didier
 
ESPACE ALIES GUINARD
22, boulevard de Vanves
92320 Châtillon
Métro : Châtillon-Montrouge
Tram : T6 Centre de Châtillon
Bus : 194 Félix Faure

vendredi 5 février 2016

DE QUOI S'OCCUPER TOUTE UNE VIE...

 
- On me demandait l'autre jour : "qu'est-ce que vous faites ? - Je m'amuse à vieillir, répondis-je. C'est une occupation de tous les instants ".
 
Paul Léautaud, Journal Littéraire, 1907.

jeudi 14 janvier 2016

MARTYRS ET BUREAUCRATES...

" Les révolutions, comme les religions, ont d’abord leurs héros et leurs martyrs. Puis arrivent les bureaucrates et le clergé. "
 
Michel Ragon, La mémoire des vaincus.

mardi 29 décembre 2015

LEMMY KILMISTER...

Encore une de mes idoles qui se fait la malle...
Y a pas à dire, ça doit être signe qu'on vieillit...

vendredi 11 décembre 2015

TU T'ES VU QUAND T'AS LU ?...

Alors que j'évoquais Nietzsche et Camus au fil de la discussion, il me rétorquait, dédaigneux et grandiloquent : « Mais qui lit encore Nietzsche et Camus aujourd’hui ! ».

C’est ce qu’il y a de magique avec la connerie : passé un certain stade, elle flirte avec le sublime !

vendredi 27 novembre 2015

LA MÉMOIRE DES VAINCUS...

Glané dans La Mémoire des vaincus de Michel Ragon :

Les livres meurent aussi, mais ils durent plus longtemps que les hommes ".

jeudi 26 novembre 2015

JE ME SOUVIENS...

Pioché dans Je me souviens de Georges Perec :

Je me souviens de :
— Pourquoi les filles du Nord sont-elles précoces ?
— Parce que le concerto en sol mineur. "

vendredi 13 novembre 2015

PHILIPPE AYRAUD A ARTHON-EN-RETZ (44)

LE VENDREDI, C'EST POESIE...
 
Dans le cadre de ses animations, la bibliothèque municipale [d'Arthon en Retz], accueille vendredi 13 novembre, Philippe Ayraud pour une soirée de lecture autour de la poésie. Cet auteur de six recueils de poèmes et de trois recueils de nouvelles, est également animateur d'ateliers d'écriture et professeur de lettres en Lycée professionnel.
 
En 2002, il a créé le festival du polar Mauves en Noir, qu'il dirige jusqu'en 2006. Son dernier ouvrage paru, Je vous apporte des mots en fraude, est un recueil de poèmes et chansons, paru aux éditions du Petit Véhicule. Aujourd'hui Philippe Ayraud consacre son temps libre à l'écriture et aux lectures publiques.
 
Vendredi, Philippe Ayraud propose un spectacle de lecture publique, dans lequel il mêle des textes de chanteurs-poètes comme Escudero, Ferré, Le Forestier, et ses propres poèmes.
Vendredi 13 novembre, lecture publique, à 20h, à la bibliothèque, près de la mairie. Gratuit